Sète 2014 : une Escale hors norme

Peintres et imagiers de la mer


Marin Marie : du bleu dans les yeux

 

Marin-Marie (Paul Emmanuel Durand-Couppel de Saint-Front) est né en 1901 en Mayenne. Il partagera sa vie entre Chausey et Saint-Hilaire-du-Harcouët où il résidait .

 

De son service militaire effectué sous les ordres de Charcot sur le Pourquoi Pas ? aux nombreuses navigations en solitaire, en passant par les voyages en Polynésie Française ou au Groenland, Marin-Marie est attiré, envoûté même par la mer. En 1933, il achète un cruiser en construction, le « Winibelle II », à bord duquel il effectue une première traversée de l’Atlantique en solitaire et bat le record de son ami Alain Gerbault. Il récidive trois ans plus tard sur une vedette à moteur. En juin 1939, il se rend célèbre par un coup d’éclat symbolique : il prend d’assaut les Minquiers à la tête d’une flottille de bateaux de pêche ! Il effectue un dernier grand voyage à Bora-Bora, en 1969, qui lui permettra de rejoindre son fils Yves de Saint-Front et de peindre à ses côtés les paysages polynésiens. Il meurt en 1987.

 

Marin-Marie est un peintre de marine plutôt qu’un peintre de mer, davantage intéressé par la confrontation des embarcations à la nature qu’aux seuls éléments. La ligne élégante des navires à voile ou des paquebots, le reflet d’un thonier sur une mer d’huile, la mature et la membrure d’un trois-mâts craquant sous le vent, les voiles gonflées par la brise… voilà, ce qui retient son attention.

 

Passionné de yatching il sait aussi mettre en scène les embarcations des pêcheurs côtiers. Il collaborera d’ailleurs en 1957 à l’ouvrage Pêcheurs des quatre mers de Roger Vercel, avec Mathurin Méheut et Albert Brenet.

 

Février 2014

 

Sources

Wikiédia

La Rose des vents

Artetvia

 

Signac - Couleurs de l'eau
Signac - Couleurs de l'eau

Signac, l'oeil du marin

 

Signac (1863-1935) est un peintre d'atmosphère, formé à l'époque impressionniste mais  très célèbre pour son traitement divisionnaire des couleurs qui sublime et fait vibrer les paysages. Parmi les plus beaux tableaux exposés il faut noter les chefs d'oeuvre de st Briac et de st Cast et la fameuse "bouée rouge". De nombreuses aquarelles sont aussi présentes car le peintre excellait en la matière. A la fin du siècle, le style de Signac annoncera déjà la période des "fauves".

 

Très grand amateur de voile (il posséda 33 navires dont le fameux yatch Olympia). "Il aimait la mer démontée et le vent rageur" dit son ami F Jourdain. Son approche des paysages  est le plus souvent celle d'un marin. Il sera nommé Peintre officiel de la marine en 1915. Il travaillait, la plupart du temps, du pont de son bateau avant de reprendre, plus tard, ses oeuvres dans son  atelier. Même lorsqu'il peint des scènes de port ou de travail, les personnages sont souvent absents de la toile où le paysage domine. Pour cet artiste, le travail de la couleur l'emporte toujours sur la forme même si celle-ci est très élaborée. " Le rythme dégradé, le contraste : nous partons, nous, de la lumière" écrivait-il. La découverte du Sud est pour lui un choc émotionnel et artistique qui modifie alors sa vision. Il aura l'habitude de dire que la couleur est pour le Nord tandis que la lumière est pour le Sud.

 

Jean-Marie Quiesse 10 - 2013