La grande aventure des tavernes, cafés et autres cabarets de terre et de mer

Peters Bar ou Café Sport - Horta
Peters Bar ou Café Sport - Horta

Je donne rendez-vous au prochain hémisphère,

Au café de l'endroit

Louis Brauquier

 

Il n’y aurait pas de désir d’aventure sans les récits, les rumeurs et les chansons qui alimentent les rêves. Dans les lieux où ils circulent, le réel et le merveilleux se mêlent pour sortir des pistes, franchir le fleuve ou traverser la mer. Et parmi les écrans où l’aventure se projette, je m’arrêterai sur les cafés.

 

De la taverne de la Pomme de pin au Flore et autres cafés des Surréalistes, sans oublier le Café de l’Aventure (Paris), ces lieux communs, parfois célèbres, deviennent des cercles magiques. Ainsi Jean-Marie Vivier chante A bord du Grand café et Marie Paule Belle le Café Renard, G. Allwright l'As de pique.  Parmi quelques endroits mythiques propres aux marins citons : le  Bar de la Marine de la trilogie César Marius, Fanny, l’Amiral Benbow de Stevenson, l'As de pique de G. Allwright, le B and B à Kodiac de Catherine Poulain,  mais aussi tous ceux que ressuscite Pierre Mac Orlan, La Longue vue, le Bon chien jaune, l’auberge du Père Vacher (Dieppedalle), et, à Rouen : le Critérion Bar le Nielsen, l'Albion Bar, le Café Steuerer, le Polaire Star…

 

1. Cafés du coin, café des lointains

 

François Villon, au XVème siècle, aurait fréquenté assidument la "Pomme de Pin", estaminet célèbre, rendez vous de la pègre mais aussi des poètes. Le Procope premier "café" ouvre à Paris en 1676. C'est un lieu de réunion, une sorte de salon public fréquenté par la bourgeoisie :   " Le règne du café sera celui de la tempérance et de la causerie" écrit deux siècles plus tard Jules Michelet. La nouvelle boisson détrône les alcools forts qui pourtant continueront leur œuvre destructrice dans les couches populaires tableau si bien brossée par Émile Zola dans "l' Assommoir".  Balzac définira d'ailleurs le cabaret comme « la salle de conseil du peuple (1) ».

 

Plus chics, donc, les cafés accueillent les philosophes comme Rousseau, d'Alembert ou Voltaire, les politiques mais aussi, les poètes peintres et écrivains. Ceux de Montmartre dont parle si bien Pierre Mac Orlan (2)  ou Joseph Kessel (3)  sont vite très célèbres : ainsi le Lapin Agile (1875) qui appartient au chansonnier Aristide Bruant, le Quat'Z'Arts (1895) où se produisent Jehan Rictus et Lucien Boyer et le Chat Noir (1881), tous près du Moulin Rouge. Rive gauche, Saint Germain et le quartier Latin auront aussi leurs établissements et leurs célèbrités tels Verlaine, Rimbaud, Moréas, Paul Fort, Apollinaire.

 

Dans l'entre deux guerres, les artistes vont migrer vers Montparnasse où l'on trouve la célèbre Kiki. Francis Carco délaisse la Butte pour les fréquenter (4). C'est la période faste du Dôme, de la Coupole, du Sélect, de la Closerie des lilas et de la Rotonde avec son fameux patron Victor Libion. Rive gauche, Saint Germain et le quartier Latin ont aussi leurs établissements et leurs célèbrités tels Verlaine, Rimbaud, Moréas, Paul Fort, Apollinaire.

 

A côté des maisons très connues, chaque café est un endroit de contact humain et d’échanges. Cafés du coin, des popotins, certes, mais aussi cafés des lointains à l’image de la Petite Vache de la rue Mazarine (Paris), melting pot de savants, d’explorateurs, d’aventuriers et d’artistes. Cafés du port que les marins  surnommaient souvent le Rade. S’y croisent des mondes et des senteurs d’ailleurs. Tous les possibles s’y mêlent à l’image de la taverne des Nouveaux Contes de Cantorbéry de Jean Ray, à bord du Mermaid ancré au large des côtes américaines où l’on déguste les élixirs de folie sur la Rum Row en écoutant les "airs meurtriers" du Jazz Band, sans oublier la Belle Guinguette, le bar de Jarvis et le Chinois rusé.

 

 

2. Cafés maritimes, cafés mythiques

 

On trouve aussi de ces nombrils dans le monde maritime un peu partout sur la planète : le Basils’bar de Moustique, Mermaid des îles Scillys avec le New Inn, Mango Bay du Marin, le Club Nautico de Mindelo, Peters’ Bar ou Café Sport des Açores, Ti Beudeff à Port Tudy (Groix) où Michel Tonnerre créa Djiboudjep, le Cunningham à Saint Malo, le Bar de l’escadrille à Port Joinville, la Boule d'or de Cancale, le Bar de la Marine à Ti Maria, Select à Gustavia,  Micalvi à Puerto Williams, le Café du Port à Lomener et son patron Mario, Kerroch Café à Ploemeur, Chez Gaud à Loguivy de la mer, la Morue joyeuse à Saint Pierre, la Peau de l'Ours à Port Louis, lieu de prédilection des Premiers de bordée, Kloz en Douet à Merlevenez.

 

Réels ou imaginaires certains ont fait l’objet de chansons et de poésies comme le Restaurant La Falaise à Yport, chanté par Pierre Yves Gien, le Café du port de Gérard Jaffrès, le Bistrot du port de Lys Gauty (Saudemont-G.Groener), le mythique bastringue de la chanson "Escale", la Taverne de  Mikaël Yaouank, le Bar des marins d'Armand Lomenech, Au cabaret des minteux de Jacques Yvard. Pour écouter des chansons sur ces cafés, voyez là.

 

3. Lieux d’observation des mouvements du monde

 

L'estaminet est souvent considéré comme une vigie prophétique d’observation du monde comme l’imaginaire Deep Café de Montréal de Léonard Cohen (1964) dont il disait « De mon café profond, je scrute le paysage tranquille » tout en prédisant qu’il en sortirait bientôt « une salve de chansons folk parlant de liberté et de mort ». Les nombreuses Boîtes à chanson ont en effet défendu la langue française et l'autonomie du Québec, comme la Brique, le Petit Champlain et les Oiseaux de passage de Pierre Jobin (1964), La butte à Mathieu, Chez Bozo ou encore le Patriote. Elles ont révélé des Leclerc, Léveillée, Ferland, Charlebois, Vigneault, Lévesque, Mirville Deschêne, DesRochers… Dans les régions françaises on peut citer Le Virgule de Jean-Marie Quiesse et la Prairie de Caen (Jacques Lebouteiller, Serge Langeois), Kloz-en-Douët près de Lorient avec Lucien Gourong, l'Arpège de Guy Tudy à Rennes, les Baladins d'Auray et le Bateau Lavoir de Nantes, La Closerie, la Scala, le Neptune, le Pet au diable, Si les vaches avaient des ailes, le Stirwen...Certes il y en eu (et il en reste encore quelques unes) de très nombreuses à Paris dont nous parlerons plus bas.

 

 4. Le temps des Goguettes et de leurs descendantes

 

Ainsi, tavernes, Estaminets à bière, sulfureux cafés-caveaux, bistrots, joyeuses Goguettes, cafés concerts, cabarets rive droite, cabarets rive gauche, tous furent des lieux où l’on fumait, ripaillait, mais aussi où l’on chantait. On y brocardait l’église, le gouvernement. Des milliers de Goguettes ont d’ailleurs donné un genre particulier de chanson décapante et politique : Dansons la capucine (Carmagnole), Frère Jacques (JPH Rameau), l’Internationale (Potier) et la célèbre Chanson du Carnaval de Dunkerque. Un de ces derniers établissements encore ouverts est celle de Noëlle Tartier à Ivry, le Limonaire qui a failli disparaître avec sa patronne en 2017. Là se produit encore Françoise Mingot-Tauran dite Fanfan, grande poétesse de Goguettes. (voir son ouvrage "Quand sera venu le temps des Goguettes" éditions Wallada).

 

On n'arrête pas la chanson ! L'interdiction des goguettes sous Napoléon III va profiter à une nouvelle prolifération, celle des Cafés Concerts (300 à Paris),  héritiers des Cafés chantants dont  le Géant, boulevard du Temple, est l'exemple même. Ces lieux d'inspiration carnavalesque donneront naissance au Music-halls tels l'Olympia ou les Folies Bergères. Et parlons aussi des Guinguettes où l'on chanta aussi "le Temps des Cerises comme dans le film Casque d'Or .

 

Le sam'di soir après l'turbin l'ouvrier parisien

Dit à sa femme comme dessert

J'te paie le café concert

 

5. Le temps des cabarets artistiques

 

 Et puis viennent les "cabarets artistiques" où le texte prime sur le spectacle comme au Chat Noir ou au cabaret du Néant à Pigalle. Richepin, Couté, Dranem, Rictus ou Bruant y excellent  Au XXème siècle,  faisons un arrêt au Tabou, à la Rose Rouge, Chez Tonton, le Petit théâtre de nuit, au saint Yves, le Lapin à Gilles, la Vie Parisienne, au Bateau Ivre, au Saint Germain, à l'Echelle de Jacob,  chez Georges, à la Contrescarpe, à l’Écluse, au Bœuf sur le toit, au Don Camillo, au Cheval D'or, au Quod Libet, chez Milord Larsouille, à la Colombe, chez Moineau, Méphisto, Ma Pomme, chez Solange, l'Amiral, la Villa d'Este, La Jungle où se produisait Kiki de Montparnasse, le Drap d'or, le Bar Vert, les Trois Baudets, gipsy's, Patachou, l'Echanson, le Club du Vieux Colombier, le Plancher des Vaches, les Assassins, le Trou, la Tomate, les Trois Maillets, la Fontaine des Quatre saisons, la Polka des mandibules, le Tobago Circus, l'Arlequin, l’Étable, la Peau de Vache, le Diable à Quatre, la Grignotière, le Wagon, la Bolée, le Champo, le Roméo, le Latin, l'Arche de Noë, le Villon, la Grande Séverine, chez Papille, le Caveau des Oubliettes, la Chanson Galande, le Bidule, le Petit Pont, le Caveau de la Terreur, la Mercerie, la Méthode, le Pénitencier, la Puce, le Lorientais, la Vieille Grille, l'Ecole Buissonnière, le Bus, la Cabane Bambou, Ti Joss et beaucoup d'autres  . 

 

Marcel Amont,  Greame Allwright, Béatrice Arnac,  Ricet-Barrier, Guy Béart (1957), Guy Bedos, Romain Bouteille, Jacques Brel, Georges Brassens (1952), Guy Béart, Barbara, Jean-Roger Caussimon, Philippe Clay (1953), Pia Colombo, Les Compagnons de la Chanson,  Pierre Dac, Jacqueline Danno, Jean-Claude Darnal (1954), Raymond Devos,  Jacques Douai, Jacques Doyen, Lèny Escudèro, Maurice Fanon, Jean Ferrat, Léo Ferré, Jacqueline François (1948), les Frères Jacques, Serge Gainsbourg, Georges et Jean-Luc, Juliette Gréco,  Bernard Haller, Pauline Julien, Luce Klein, Serge Lama, Boby Lapointe (1960), Félix Leclerc (1949), Pierre Louki, Hélène Martin, Maryse Martin, le mime Marceau, Marcel Mouloudji,  Jeanne Moreau, Monique Morelli, Georges Moustaki, Jean Nohain, Claude Nougaro, Marc Ogeret, Pierre Perret, Paul Préboist, Daniel Prevost, Fernand Raynaud (1951), Serge Reggiani,  Colette Renard,   Roger Riffard, Henri Salvador, Catherine Sauvage, Christine Sèvres,  Francesca Solleville, Anne Sylvestre, Henri Tachan,   Anne Vanderlove, Boris Vian, Paul Villaz,  Jean-Marie Vivier,  Virginie Vitry,    Jean Yanne... et autres... se sont produits sur ces scènes minuscules.

 

6. Rade, cafés et bars de la marine, échos des Rumeurs de la mer

 

Les marins utilisaient donc un nom bien à eux pour qualifier leurs cafés : le Rade.Une exposition au Musée maritime de Douarnenez (2020) nous rappelle qu'autour de chaque escalier d'immeuble se regroupaient les famille d'un équipage et qu'un café s'ouvrait au rez de chaussée, presque toujours tenu par une femme. Là se retrouvaient les marins, là reposait leur paye  que l'on partageait à même les tables chaque mois. Par leur nombre et leurs évolutions, les bistros témoignent des mutations sociales du XXe siècle. Ils étaient 400 en 1920 sur Douarnenez, 260 en 1956, quelques dizaines aujourd’hui. La généralisation du chèque bancaire et de l'automobile où les femmes attendaient sur le quai  le retour de leur époux a fait perdre au café son rôle de banque populaire et l'habituelle transmutation des liquidités monétaires en vin rouge.

 

Reste que le bistrot reste un lieu refuge bien stable avec son décor particulier d’acajou, de cuivres, d’ancres, de cordages et d’objets improbables bien dépeints par le scénariste et comédien Jacques Probst lors de sa rencontre avec Cendrars :

 

« La porte de la «Goélette bleue» franchie, on entrait dans la pénombre des fonds marins, seul éclairage d’une salle tout en longueur qu’un comptoir de zinc sur son flanc longeait sur sa moitié. Pas de musique, mais, de temps en temps, la plainte modulée, ou le chant d’une jeune baleine à travers l’océan, et le chant, ou la plainte modulée, d’une vieille baleine pour lui répondre. De vieilles vergues vermoulues suspendues en haut des murs descendaient pour les tapisser des voiles déchirées bleu pâle. Le mur du fond, que ne masquait aucune voile, semblait avoir éclaté sous l’intrusion dans la salle d’une tête de cachalot grandeur nature et «taxidermisée», une tête grosse comme ensemble trois éléphants tout entiers ».

 

7. Du bistrot au lupanar : l'exemple du Grand Monde

 

Parmi les lieux célèbres de rencontre des marins, un dernier souvenir pour le "Grand Monde" de Cholon (Saigon). Une ville dans la ville aux murs jaunes,  situé rue des marins ! Un "ensemble architectural peu ordinaire, fait d'une série de bâtiments différents, très vaste quadrilatère tenant à la fois du marché couvert, du parc d'attractions, du salon d'affaires et de la maison de rendez-vous, sorte de Ritz et de Magic City" (CH Favrod le Temps). Plusieurs étages avec ses galeries donnant sur la grande salle de jeu où descendaient les paniers contenant les mises et remontaient rarement la fortune.

 

Jean-Marie Quiesse

Mai 2020 - Mise à jour 24 06 2021

 

Ecouter l'émission d'Heure maritimes consacrée aux cafés du port

Pierre Jobin quatre heures d'émissions

 

 (1) Honoré de Balzac - Les Paysans - Œuvres complètes, éd. Houssiaux, 1855, tome 18.djvu/394

(2) Pierre Mac-Orlan - Marguerite de la nuit, Quai des brumes, Mémoires, Sous la lumière froide...

(3) Joseph Kessel - Nuits de Montmartre - Christian Bourgois, 1990

(4) Francis Carco - De Montmartre au quartier Latin - Sauret, 1993Peters Bar ou Café Sport - Horta