Chanson du jour

James Ollivier : on n'arrête pas la chanson

23 octobre 1997, James Ollivier s’éteint à St Lô (50). C’est à la Fine fleur de la chanson française que j'avais fait sa connaissance. Auteur, compositeur, il était un grand musicien et un interprète envoutant, présent dans vingt trois disques.

 

Certes sa passion vitale pour les beaux textes, la musique et les poètes s’interrompt  là , il y a maintenant vingt ans. Mais le ferment qu’il a semé ne cesse de lever à travers sa voix si rare et si enveloppante. Elle, défie le temps tout comme elle a défié des textes difficiles , valorisé des poésies trop galvaudées et surtout, enchanté les enfants et les plus grands.

 

L'art d'Orphée est plus fort que la mort.  James Ollivier était un familier des poètes et de la poésie, partageant avec Luc Bérimont  l’idée que musique et poésie, étroitement liées depuis l'origine perdent, séparées, une partie de leur force. Quoi de plus naturel que de chanter une poésie ? La chanson est une part du poétique. Et, si elle n'est toujours pas reconnue comme un art majeur par les puristes, elle est pourtant redevenue un médium omniprésent au XXIème siècle. La poésie trouve seule sa voie et James Ollivier s'est inscrit dans sa destinée. On n'arrête pas la chanson.

 

Jean-Marie Quiesse - 20 octobre 2017

 

Merci à Michel Le Bas pour le travail de mémoire qu'il effectue autour de l’œuvre de James Ollivier

 

La chanson de l'été (Luc Bérimont)

 

Discographie de James Ollivier.pdf
Document Adobe Acrobat 261.8 KB

Barbara Weldens, un pur diamant de la chanson

"Une tornade, une énergie gargantuesque, une nature. C'est une guerrière du live, physique et généreuse...Punk, chaleur, fédératrice et instantanéité émotionnelle." Le diamant s'est éteint ce 19 juillet 2017. Plus d'infos

 

https://www.youtube.com/watch?v=zqCstOJpPAY

La Doub' de Rhum par Jean-Marie Quiesse

Le boujaron était une mesure en fer-blanc d'un seizième de litre pour la  distribution des boissons aux marins. Dans de rares occasions le Capitaine offrait une double ration, de tafia ou de Rhum comme dans le roman Moby Dick. C'était la "Doub' de Rhum".

 

Cette chanson évoque l'aventure marine et la rencontre des légendes comme celle du Grand Bateau, c'est à dire le Hollandais volant et celle de la Baleine blanche. Celle-ci n'est pas qu'une histoire mais une réalité car elle coula bel et bien le baleinier l'Essex et fut aperçue avec effroi de nombreuses fois. En voici un témoignage :

 

"Le jour, on la reconnaissait de loin car elle chassait l'eau par son nez en un large volume altier et perpendiculaire à des intervalles réguliers et passablement distants ; son expulsion produisait un rugissement continu, comme la fumée s'échappant de la valve de sécurité d'une puissante machine à vapeur."

 

Écouter la Doub' de Rhum

 

Escale par Jean-Marie Quiesse

Suzy Solidor (1900-1983) a créé cette chanson, Escale, en 1938. C'est un des chefs d’œuvres de la chanson réaliste. Le texte est de Marguerite Monnot et la musique de Jean Marèze.

 

Suzy Solidor est née le 18 décembre 1900 à Saint-Servan-sur-Mer  dans le quartier de la Pie, sous le nom de Suzanne Louise Marie Marion, de père inconnu et de Louise Marie Adeline Marion, fille-mère âgée de près de trente ans, domestique de maître Surcouf

 

A partir de 1933, elle chanta à « La Vie Parisienne », rue Saint-Anne à Paris, cabaret "chic et cher" à la mode jusqu'en 1946. Elle s'assura rapidement une grande notoriété : véritable icône de la chanson maritime, égérie des peintres et coqueluche des photographes et des magazines de mode.

 

Ecouter "escale"

 

biographie de Suzy Solidor

Chanson du jour : "Délire" de Chaïco

On l'attendait depuis longtemps, et le voilà avec cinq titres qui donnent envie d'en connaitre davantage. Cette fois-ci Chaïco interprète ses propres textes et c'est une réussite. Accompagnements et arrangements de J Wegner sont particulièrement riches et soignés. Chaïco on t'aime moqueuse ou engagée, mais ce disque apporte une belle note de tendresse qui va joliment bien. A suivre ?

 

Écouter " Délire"   Contact Chaîco  ou 06 59 09 04 64

Marie Jeanne Gabrielle par JM Quiesse

Il s'agit d'une célèbre chanson  d'Yves Capart sur la vie de la mère  et, à travers cet exemple, celle de nombreuses bretonnes de cette époque. C'est un hommage particulier aux femmes de l'île de Sein.

  

"Pour régner sur ce peuple de marins, il faut des femmes de la même trempe, des yeux habitués à regarder sans larmes les appareillages…Je vis un petit village breton tout tranquillement posé sur l’eau. Il semblait flotter comme si rien ne l’attachait par-dessous. .. C’était l’île de Sein. Le sloop vint se ranger le long de la cale de la Poste. C’est alors que je vis ma première îlienne. Elle était grande et souple, bien moulée dans le corsage ourlé de velours de sa longue robe, toute noire depuis ses sabots jusqu’à la capeline de drap aux ailes croisées sur le dessus de sa tête...L’ile m’épiait avec ses yeux verts…ces prunelles étranges…ces yeux sertis de cils noirs où dormait on ne sait quel mystère marin…Odette de Puigaudeau

 

Ecouter Marie-Jeannne Gabrielle

De Marennes à Cancale version 2016

Robert Desnos était un jeune poète surréaliste,  célèbre et très adulé. Mais, en ce temps là, dans un royaume fait pour durer mille ans une seule voix se faisait entendre. C’était celle d’un oiseleur. Il avait enfermé tous les autres chants dans  une cage de fer. Cette voix a fait taire le chant de Robert Desnos parce qu’elle ne supportait pas :

 

 

Une voix, une voix qui vient de si loin

 

 

Le royaume de mille ans a disparu. Mais, portée par le vent qui l’a fait sienne, de Marennes à Cancale, la chanson de Desnos résonne encore sur les grèves.

 

Écouter Jean-Marie Quiesse 2016 - De Marennes à cancale (Robert Desnos, James Ollivier)

 

 

Le Tour du Monde - Hommage au Béligou

«Qu’est-ce que la mer ? » demande Will. - « La mer, répondit le meunier, Dieu soit loué, c’est la plus grande chose qu’il ait jamais faite» C'est par ces mots de Stevenson que commence la préface que Jean Yves le Toumelin a dédiée au Tour du monde du Beligou réalisée par trois amis. Le Tour du monde est une aussi chanson de   Jean Claude Darnal avec laquelle Jacques Sammy nous a fait tant rêver à Saint Germain des Près. La rencontre des deux donne cet hommage à partager sans restriction tout autour de la Terre.

 

Ecouter le Tour du monde, hommage au Beligou

Quinze marins (Long John Silver) par Jean-Marie Quiesse

Ecossais issu d’une famille de constructeur de phares, RL Stevenson  a trouvé le trésor de sa vie à Samoa.  Il nous a légué en héritage la plus fabuleuse histoire d’ile.

 

 "Je me le rappelle, comme si c’était d’hier. Il avait la jambe gauche coupée au niveau de la hanche, et il portait sous l’aisselle gauche une béquille, dont il usait avec une merveilleuse prestesse, en sautillant dessus comme un oiseau... Il parcourut la crique du regard, puis de sa vieille voix stridente et chevrotante qu’avaient rythmée et cassée les manœuvres du cabestan, il entonna cette antique rengaine de matelot :

 

Nous étions quinze sur le coffre des morts

Yo-ho-ho ! Et une bouteille de rhum !"

 

Michel Tonnerre était aussi d'une ile. Lui aussi il a bourlingué sur les mers du monde. Parmi ses belles compositions il a laissé les "Quinze marins".

 

Scottish born in a builder family of lighthouses, RL Stevenson found the treasure of his life in Samoa. He left us the most fabulous heritage of island story. "I remember him as if it was yesterday. His left leg  was cut at the hip, and he wore under the left armpit a crutch, which he used with marvelous rapidity, hopping over as a bird ...He scanned the creek before him, then, his old voice quavering and shrill that had punctuated and broken maneuvers capstan, he intoned this ancient sailor's refrain:

 

We were fifteen on the chest of the dead

Yo- ho- ho! And a bottle of rum! "

 

Michel Tonnerre was also from an island. He also sailed on the world's seas. Among his finest compositions he left the "Fifteen sailors."

 

Notre dernière colonie par jean-marie Quiesse

Voici une chanson de Julie Saget et Jacques Yvard. Julie Saget est une femme de théâtre qui a porté la chanson à l'Eurovision. Notre dernière colonie est un très beau texte agrémenté d'une musique subtile. J'avais envie de la produire dans mon spectacle "Au vent des îles", accompagné par Pierre Koest, et de vous en faire profiter. Je vous invite donc à  découvrir cette chanson et à la faire connaitre. Si vous l'aimez faites le savoir sur YouTube


 

Ils vont hauts, balancés sur l’eau comme des palmes,
Superbes éventails dont le souffle est le vent,
Ils vont blancs, une hanche inclinée à la lame,
Toute la mer tonnante au bord de l’autre flanc...
Au loin sourient La Dominique et le Vent d’île,
Saint Pierre d’autrefois, ah ! Comme tu reluis.

Guy Lavaud (Anciens bricks)

 

 

L'île de minuit - Jean-Marie Quiesse


Une île, droit devant ! Après une longue traversée, le jour on l’attend, la nuit on l’espère, cette terre immobile où le corps tanguera sur le quai. Une terre à la forme du monde, ronde comme une parure de femme. Pour la trouver, d’aucuns  gouvernent à  l’odeur. Certains préfèrent se fier au calcul. Les autres  interrogent les astres. Lorsque le sillage adamantin s’éteint au soleil du matin elle surgit des ténèbres avec le ressac de sa barre de corail, les bosses de ses mornes et le piton de son volcan.  C’est ainsi que, face à la croix du sud, cette nuit là, alors que tous dormaient,  je l’espérais.


An island, right in front! After a long journey the day we wait it. During the night hopefully, this motionless land where the body tanguera on the platform. A land to the shape of the world round as a woman's dress. To find it, some govern the smell. Some prefer the calculation. The others question the stars. When the wake adamantine goes off in the morning sun, it arises from darkness with the undertow of his coral reef, bumps and hills the peak of its volcano. Thus, facing the southern cross, that night, when all were asleep, I hoped it.

La Murielle - Jean-Marie Quiesse

Cette chanson, je l'ai écrite et composée "en direct" lors d'un séjour à l'école d'apprentissage maritime de st Malo. J'y ai partagé la vie d'un équipage de Terre neuvas déjà bien amarinés. Les situations évoquées ont été vécues et racontées par ces jeunes enthousiastes  qui ne savaient peut-être pas encore qu'ils étaient les derniers d'une longue lignée française. Ils ont continué à parcourir le monde imprimés sur ce carreau de Delf choisi par la compagnie KLM pour décorer un de ses avions.  Honneur à tous ces équipages  !


This song I wrote and composed "live" during a visit to the marine training school of St Malo. I have shared the life of a crew of Terre neuvas already seasoned . The situations mentioned were lived and told by these enthusiastic young people who may not know they were the last of a long French tradition . They continued to travel the world printed on this tile Delf chosen by KLM to decorate one of its aircraft . Honor all these crews !


Sans la nommer - Georges Moustaki

La chanson de Jim - Jean-Marie Quiesse

Il y a plusieurs textes évoquant la "Chanson de Jim". C'est sur l'album "héritages" de Jacques Douai que j'ai entendu cette chanson pour la première fois et ce sont celles-ci que j'ai conservées en mémoire. L'auteur des paroles me semble bien être Louis Aragon mais peut-être un amateur éclairé m'apportera-t'il davantage de lumière sur son origine. Je l'ai gravée parce que cette chanson évoque l'époque des marins de la voile, personnages souvent hauts en couleur, parfois sulfureux mais toujours figures incontournables de l'histoire maritime.


There are several texts referring to the "Song of Jim." It is on the album "Héritages" of Jacques Douai I heard this song for the first time and it is these that I have stored. The author of the lyrics seem, for me, to be Louis Aragon but maybe an amateur will bring me more light on its origin. I engraved because this song is about the time of the sailors sail, often colorful characters, sometimes sour but still essential figures of maritime history .

Marie Jeanne Gabrielle - Louis Capart

Louis Capart,  descendant d’une vieille famille de Sein, est né en 1947. Il est issu d’une famille de marins pêcheurs. Sa mère a quitté l’ile avant sa naissance. Sa carrière médiatique est un modèle de discrétion malgré un Grand prix de l’académie Charles Cros et de la Sacem. C’est vrai, l’histoire de la Bretagne semble être d’abord celle des « petites gens ». Et pourtant, la chanson Marie Jeanne Gabriel, dédiée à l’île de Sein n’en finit pas de voyager à travers le monde, du Finistère à Sydney, de Seattle à Saint-Pétersbourg.  « Étrange démocratie que la nôtre, qui contraint à la marge, l'anonymat et la pauvreté, nombre de ses artistes populaires quand d'autres régimes, plus "libéraux" ou résolument totalitaires, n'avaient pu réduire au silence les voix des "folk-singers" contestataires ou des auteurs dissidents … » écrit-il.

 

Louis Capart, descendant of an old family of Sein , was born in 1947, comes from a family of fishermen. Her mother left the island before his birth. His media career is a model of discretion despite the Grand Prize of the Academy Charles Cros and SACEM. It's true, the history of Britain seems to be a story of the "little people". And yet the song Marie Jeanne Gabriel dedicated to the island of Sein never ceases to travel around the world, Finistère in Sydney, from Seattle to St. Petersburg. " Strange democracy as ours, which forces the margin , anonymity and poverty , many of the popular artists when other plans, more " liberal " or resolutely totalitarian, could not silence the voices " folk- singers " protesters and dissidents authors ..." he wrote.

 

 Ecouter Marie Jeanne Gabrielle

Le Bal d'Hortense - Paul Barrault

 

 

C'est à Paris que j'ai connu Paul Barrault, "Chez Georges", Rue des Canettes; dans les années 70/75. Il avait une chanson tout à fait décalée, rurale, savoureuse, mais combien talentueuse ! "On entrait, dit André Labeur,  dans une épicerie-bar pour accéder à la cave, grande pour la saison !  J'ai le souvenir d'un costaud, trapu à chaussures larges, de quelques chansons d'inspiration rurale et d'un regard fatigué !"C'est ainsi que je l'ai invité à se produire au Virgule de Caen où il a connu un grand succès, notamment avec sa chanson "le bal d'Hortense" que j'ai moi-même enregistrée.

 

It was in Paris that I knew Paul Barrault, "Chez Georges" Rue des Cannettes. He had a song completely shifted, rural, tasty, but how talented! "We came in, said André Labeur, in a grocery store bar to access the cellar, great for the season! I remember a strong, stocky wide shoes, some songs of inspiration and a rural look tired! " Thus I invited to perform at the Virgule of Caen where he enjoyed great success, especially with his song "Le bal d'Hortense".

Marie Dominique, Pierre Mac Orlan - Victor Marceau

Des milliers d'hommes, marins et soldats ont parcouru les mers de l'empire colonial, trainant leur misère affective auprès des femmes des quartiers réservés, des "divinités de l'ombre", mais surtout de la rue.  Ces filles des ports ont fait l’objet de films  ou de romans comme celui d’André Savignon (Une fille dans chaque port). Mais c’est Mac Orlan qui a sans doute approché au plus près la vie des quartiers réservés d’avant guerre et laissé son témoignage. Que ce soit à El Mektar (Tunis), Moulay Abdallah (Fès) Bousbir à (Casablanca), du jardin des dérisions (Alexandrie),  au Bario Chino (Barcelone), au Panier (Marseille),  bien souvent, dit-il, il n’y a que le port qui diffère, car les « oies » , les « filles de la douceur », sont partout les mêmes. Mais aussi, ajoute-t-il, partout, elles tiennent les ficelles du grand jeu. C’est à Cholon (Saïgon) qu’exerçait Marie la Tonkinoise, dite aussi Marie Dominique.  « Rusée comme un homme », elle savait y faire pour faire fructifier les Piastres de la Coloniale et prendre pour toujours le cœur des marsouins et des bigors. Marie Dominique est un hommage à ces femmes de l'ombre  qui, très souvent, tiennent en main beaucoup de destinées.


Thousands of men , sailors and soldiers roamed the seas of the colonial empire , dragging their emotional distress among women in areas reserved for " gods shadow " , god of sidewalk. These girls have been films or novel topics like “une fille dans chaque port” de André Savignon. But it's Mac Orlan who probably approached closer those “quartiers réservés” and left its mark . Whether El Mektar (Tunis), Moulay Abdallah ( Fez) to Bousbir (Casablanca), garden derision ( Alexandria ) at Bario Chino (Barcelona), Le Panier (Marseille) , very often , he said, there is the port that differs , but the " geese " , "girls softness " are the same everywhere. But , he adds , everywhere, they hold the strings of this great game. In Cholon (Saigon) worked Marie la Tonkinoise , also known as Marie Dominique . " Foxy like a man ," she knew how to do to grow the Piasters of the “Coloniale” and take forever heart of sailors and soldiers . Marie Dominique is a tribute to the women of the shadow , which very often are holding many destinies.

 

https://soundcloud.com/quiesse/la-chanson-de-jim-jim-a-la-baille

Jean Marie de Nantes - Pierre Mac Orlan - Victor Marceau

PM Orlan - autoportrait - Blog le Monde
PM Orlan - autoportrait - Blog le Monde

 Selon Pierre Assouline, Pierre Mac Orlan voyait la vie en noir et blanc. Reporter, ce « voyageur immobile » (JC Lamy), était aussi un photographe au sens propre, mais aussi sur le plan poétique et romanesque, peintre du « fantastique social ». Cette vision se révèle aussi dans les chansons de ce passionné de musique, joueur d’accordéon à ses heures. Pour la radio, avec Germaine Montero, il devient producteur d’une passionnante série de chansons. Mac Orlan tisse ainsi la carte des histoires où s’inscrit la chance des hommes.  C’est un poète révélateur du vocabulaire portuaire et des quartiers réservés qui, aujourd’hui encore, nous révèle en images la vie et les sentiments quotidiens de ces gens simples, absents des manuels d’histoire mais toujours présents dans l’éternelle rumeurs des docks,  parmi des personnages hauts en couleur. C’est ainsi que Jean Marie de Nantes ou «ça n’a pas d’importance » s’inscrit dans une tradition sentimentale des ports.

 

Pierre Mac Orlan saw life in black and white. Reporter, this "immobile traveler" (JC Lamy), was also a great photographer in the proper sense, but also poetic and romantic level, painter of the "social fantastic". This vision is also revealed in the songs of this passionate music, accordion player at times. For radio, with Germaine Montero, he became producer of a series of exciting songs. Mac Orlan’songs draw a map of stories where ils sailing the luck of men.  This is a telling poet port vocabulary and reserved areas that even today, reveals images of daily life and feelings of these simple peoples, absent from history books but still present in the eternal rumors docks, among colorful characters. Thus Jean Marie de Nantes or "it does not matter" is part of a sentimental tradition ports.

 

Johnny Palmer (C Vebel - Ch Pingault)

Savez vous que le "Johnny Palmer" fut un des premiers cabarets Rive gauche ? Il a été créé rue Saint André des Arts par le compositeur de la chanson, Claude Pingault, collaborateur de Jean Nohain et Francis Claude. .

Cette chanson est un hommage à la grande Dame que fut Damia. Le gris, les goélands, la chaîne, le grand frisé, la guinguette a fermé ses volets, aimez vous les moules marinières... De très grands succès au ton pas toujours "tragiques" comme on a bien pu l'écrire à propos du style de Damia. Tout comme dans Johny Palmer, les références témoignent de milieux et de temps passés où le tragi-comique permettait de supporter les aléas de l'histoire, et où le style "mauvais garçon" était à la mode.

 

L'auteur de la chanson, Christian Vebel, "Pur parisien, je suis de Kabylie - Je suis natif d'El-Kseur, à deux pas de Bougie", n'était pas un triste. Chansonnier aux Trois Baudets, au Caveau de la République et aux Deux Anes, son humour caustique a enchanté des générations.  

 

Do you know that "Johnny Palmer " was one of the first cabarets Left Bank of paris ? It was created rue Saint André des Arts by the composer of the song, Claude Pingault, collaborator Jean Nohain and Francis Claude.


This song is a tribute to the great lady Damia . The gray gulls, chain, large curled the guinguette closed its shutters, like you mussels ... Greatest hits tone not always " tragic " as it has been able to write about Damia’style . Just like Johnny Palmer, references testify backgrounds and past time, the tragicomic allowed to bear the vagaries of history and where the "bad boy" style was fashionable.

The author of the song , Christian Vebel  " Pure Paris , Kabile - I am a native of El Kseur , two steps Candle " was not sad. Humorous songwriter at Trois Baudets, Caveau de la Republique and Deux Anes, his caustic humor has delighted generations .

Fanny de Laninon (P Mc Orlan - V marceau)

Pierre Mac Orlan
Pierre Mac Orlan

"J'ai toujours aimé vivre dans le climat créé par les matelots de l'Etat, entre Brest et Recouvrance" nous confie Mac Orlan dans son recueil Chansons pour accordéon (1953). A Brest, de l’autre côté de la Penfeld, dominé par la Cayenne, caserne des fusilliers marins se dresse le quartier de Laninon. Un lieu où « l’aventure se mêle au vent de la mer ». Voici l’émotion d’un lieu, à l’actualité toujours brûlante et au passé quelque peu agité. « Ici, disait Mac Orlan (qui écrit Lanninon avec deux « n »), le grand jeu, c’est la mer. Tout va à la mer, aux choses de la mer, aux hommes de la mer. Le bordel sentait le bassin de radoub et tout convergeait vers les uniformes ». On y rencontrait  Nini de Cherbourg, Marie la Vazou, et la belle Fanny de Recouvrance.

 

"I always liked to live in the climate created by the sailors of the State, between Brest and Recouvrance" confides Mac Orlan in his collection Songs for accordion (1953). In Brest, on the other side of the Penfeld dominated by the Cayenne, barracks marine riflemen, stands neighborhood Laninon.  A place where "adventure mingles with the sea breeze. " Here the emotion of a place, in the news always hot and somewhat turbulent past.  "Here, said Mac Orlan (who writes Lanninon with two" n "), the big game, it's all going to the sea to the sea, to the things of the sea, the men of the sea, brothel felt Basin refit and all converged on the uniform. "It met Nini of Cherbourg Mary Vazou and beautiful Fanny Recouvrance.

Quinze marins (M Tonnerre)

Long John Silver - photo Nobilis
Long John Silver - photo Nobilis

Les destins de Jim Hawkins et de Long John Silver se lient dans un port anglais du XVIIIème siècle lorsque Jim, fils d'un tenancier d'auberge, découvre la carte d'une île déserte sur laquelle est indiquée la cachette d'un fabuleux trésor enfoui. Aidé de quelques amis, il affrète un navire baptisé « L'Hispaniola » et décide de partir à l'aventure. Long John Silver, célèbre pirate à la jambe coupée, secondé du Capitaine Flint, son fidèle perroquet, s'engage également dans l'expédition. Lorsque l'île est enfin atteinte, une lutte débute pour s'emparer du trésor. Après de multiples attaques et traîtrises, Long John Silver s'enfuit. « L'Hispaniola » reprend la mer avec une petite partie du fabuleux trésor, laissant le reste sur l'île ...15 marins est une chanson de Michel Tonnerre composée il y a une trentaine d'année pour le groupe  "Djiboujep" (Mikaël Yaouank) de Lorient. Tonnerre est un nom de l'Ile de Groix et l'écrivain ethnologue isabelle de Puigadeau signale déjà, en 1945, deux "Tonnerre", un peintre et un poète, tous deux thoniers. (Grandeur des îles - Payot)

 

The destinies of Jim Hawkins and Long John Silver bind in an English port of the eighteenth century when Jim, son of a tavern keeper, discovers the map of a deserted island on which is indicated the hiding of a fabulous treasure buried. Helped some friends, he chartered a named "Hispaniola" ship and decides to go on an adventure. Long John Silver, famous pirate with a wooden crutch, assisted by Captain Flint, his faithful parrot, also engages in shipping. When the island is finally reached, a struggle begins to seize the treasure. After multiple attacks and betrayals, Long John Silver fled. "Hispaniola" gets the sea with a small part of the fabulous treasure, leaving the rest of the island ... 15 marine is a song composed by Michel Tonnerre there is a thirty year for "Djiboujep" group (Mikaël Yaouank) of Lorient. Odette de Puigaudeau, writer and ethnologist, reported in 1945 two "Tonnerre", a painter and a poet both  fishermen on tuna vessels. (Grandeurs des îles – payot)

Villonelle ( Max jacob - Jacques Douai)

Max Jacob
Max Jacob

Une villanelle est une petite chanson populaire rurale avec des reprises en refrain. En hommage à François Villon, Max Jacob détourne le mot pour le faire devenir « villonelle ». Il s’agit d’un texte aux vers légers, enchanteurs. Il évoque les poètes qui font entendre une poésie libératrice.

 

Bien en amont de Villon et sa Ballade des dames du temps jadis, il en appelle aux muses (Dis moi…), puis au premier des poètes, Homère et son Odyssée dans laquelle, telle la poésie, la voix des Sirènes, ensorcelle les marins, provoque l’oubli de soi-même et dévoile un savoir surnaturel. Il fait ègalement revivre l’Iliade à travers Achille, personnage particulièrement ambigu comme l’est le message poétique mais aussi la vie de certains poètes telle Sapho. Achille fut en effet élevé comme une fille au sein d’un chœur de vierges.

 

Villonelle est une ballade et l’élément « Dis moi.. » est ici répété à la manière d’un refrain et, cette fois, invoque Vénus, la grande inspiratrice, voix secrète de la nature et de l’inconscient celle qui voit dans son miroir, comme la sirène. Elle est la déesse de l’amour. L’amour, quelque soit sa condition (y compris les amours vénales) est, dit-on, porteur d’un message poétique où se révèle l’âme du monde. Comme l’essence de la poésie il paraît toujours inatteignable, à la fois si proche et si lointain. Cette poésie est ainsi un hommage à Jaufré Rudel amoureux transi d’une femme lointaine (chanson de l’amour lointain).

 

Viennent alors trois personnages qui caractérisent l’aspect sacré d’une poésie qui transcende les âges. Nausicaa qui sauva Ulysse, représente la pureté, la charité et le courage. Elle est l’allégorie d’une poésie, qui s’écoule comme l’eau de la fontaine et se régénère sans cesse, au grès des hasards. Pénélope représente l’espérance et les vertus de la permanence. Elle est l’allégorie de la poésie, qui, tenace, terre à terre, tisse sans cesse, fait et défait un monde de textures, recommence en permanence sa chanson. L’acte de tisser la laine ramène aussi à l’origine du langage écrit de Mésopotamie. C’est en effet sur des tablettes cunéiformes de Sumer que l’on a retrouvé la trace des plus anciennes musiques et de la belle et courte « Berceuse pour un fils de Šulgi ». Zeuxis, enfin, représente l’air, le souffle de l’inspiration, la foi qui élève et construit la cité céleste (les maisons). Il ne tisse pas mais il peint, comme Max Jacob.

 

Mettre en scène les « échansons, c’est évoquer poésie dans sa relation avec l’ivresse sacrée (poésie dionysiaque), pendant d'une face plus académique (poésie Apollinienne).  Evoquer l’écho des longues plaines est l’image de la révélation poétique pareille à l’éclair de la foudre, « l’écho antérieur » de René Char. Mais il est aussi un rappel à l’exode du Peuple Elu et peut-être à l’art du Gospel. Le texte se termine par un clin d’œil à François Villon et à sa quête des « Dames du temps jadis » mais aussi aux Mille et une nuits. Symbolique également des dents, muraille entre le monde intérieur et le monde extérieur que la parole, et donc la poésie, relient. La poésie est en effet une parole qui parle à l’oreille et à l’esprit et ses refrains sont éternels.

 

A villanelle is a small rural folk song with a refrain times . In tribute to François Villon , Max Jacob away the word to make it become " villonelle ." This is a text which evokes the enchanting poets who heard a liberating poetry. Well before Villon and his "Ballade ds dames du temps jadis" , he called the Muses (Tell me ... ), then the first of poets, Homer and the Odyssey in which such poetry, the voice of the Sirens, bewitches sailors causes forgetfulness of self and reveals a supernatural knowledge. It revives the Iliad through Achilles, particularly ambiguous character as is the poetic message but also some poets such as Sappho . Achilles was indeed raised like a girl in a choir of virgins. Love is considered the essence of poetry. It always seems unattainable , both so close and so far away. This poem is a tribute to and Jaufré Rudel lovesick a distant wife ( the distant love song ) .


Then come three figures that characterize the appearance of sacred poetry that transcends the ages. Nausicaa is water, purity, love and courage. Penelope represents hope and virtues of permanence. It is an allegory of poetry, which , tough , down to earth , weaves constantly makes and breaks a world of textures. Zeuxis , finally, is the air , the breath of inspiration, faith and student built the heavenly city (houses ) . It does not spin but painted as Max Jacob .

La fille de Londre ( Pierre Mac Orlan, Victor Marceau)

Photo Débarcadères
Photo Débarcadères

 

La Fille de Londres (Pierre Mac orlan - Victor Marceau)

 

Tess, la petite reine de Limehouse Docks, était célèbre. « Des capitaines, bien rasés et habillés à la dernière mode, colportaient sa gloire dans les bars de Valparaiso ». Elle aimait les marins, les hommes « si beaux, si forts, si lourds ».   Mais elle était aveugle. Sa vie et l’histoire du miracle qui lui a redonné la vue font l’objet du roman « Docks » (Sous la lumière froide) de Pierre Mac Orlan. Sa chanson fétiche, la Fille de Londres a roulé tout autour du monde : «  Tess la chantait assise sur le lit, les mains sur les genoux et la tête baissée… Sa voix était nasillarde et fluide comme l’eau sauvage. Voici à peu près cette chanson que les filles apprirent par la suite et que l’on chanta dans les bars de Limehouse. ». Dans le recueil publié en 1953 (Chansons pour accordéon) l'auteur ajoute quelques autres détails "Dans son vieux pub du quartier des Docks, Charlie Brown était "un petit homme gras, le visage orné d'une très fine moustache noire : chez lui fréquentaient des capitaines de la marine marchande, des matelots et des filles...Le pub de Charlie ressemblait à une salle d'exposition du marché aux puces. "

 

Tess, the little queen of Limehouse Docks, was famous. "Captains, clean shaven and dressed in the latest fashion, peddling his glory in the bars of Valparaiso." She loved men "so beautiful, so strong, so heavy." But she was blind. His life and the story of the miracle that has redone his sight gave the subject for the novel "Docks" (Sous la lumière froide)  by Pierre Mac Orlan. His favorite song, Girl from London drove all around the world : “Tess sang this song sitting on the bed, hands on knees, head bowed. His voice wasnasalandfluidaswild water. Here is this song the girls learned and sang later in the bars of Limes House Dock”. In the collection published in 1953 (Songs for accordion) the author adds a few other details "in his old pub Docks district, Charlie Brown was" a little fat man, his face adorned with a very thin black mustache at home attending the captains of the merchant marine, sailors and girls ... Charlie pub looked like a market showroom flea."

La Murielle (Terre Neuvas) (Jean-Marie Quiesse)

Photo_JP Collard
Photo_JP Collard

C’est dans cette contrée de brouillards et de tempêtes que se pratiquait la Grande pêche. Dès la fin de l’hiver, les jeunes français quittaient leur village. Ils prenaient par centaine la "Route des matelots" qui les menait vers les ports d’embarquement. Ils partaient pêcher la morue. Jamais pendant toute leur carrière ils ne goutaient aux fruits de l’été. La fraise murissait après leur départ et les pommes pourrissaient à leur retour. St Pierre, St jean dans ces ports s’affrontaient français et « gothons », traduisez les anglais ! J’ai eu la chance de travailler quelque temps avec un équipage malouin, celui du dernier Terre Neuva français. De cette rencontre naquit la Murielle que, paraît-il, certains fredonnent encore…


It is in this land of mists and storms Great fishing was practiced. At the end of the winter, young French left their village. By hundred, they took the "road of sailors" who led them to the ports of embarkation. They went fishing for cod. Never throughout their careers they tasted the fruits of summer. Strawberry ripening after their departure and the apples were already finished their return. St Peter, St Jean !  In the French ports clashed and "gothons" translate English! I had the chance to work some time with a crew in St Malo, one of the last French Terre Neuvas ship. From this meeting was born the Murielle.

De Marennes à Cancale (R Desnos - J Ollivier)

Photo JM Quiesse
Photo JM Quiesse

En ce temps là, dans un royaume fait pour durer mille ans une seule voix se faisait entendre. C’était celle d’un oiseleur. Il avait enfermé tous les autres chants dans une cage de fer. Il a fait taire le chant de  Robert Desnos parce qu’il ne supportait pas: "Cette voix, une voix qui vient de si loin". Le royaume de mille ans a disparu. Mais, porté par le vent qui l'a fait sienne, de Marennes à Cancale, la chanson de Desnos résonne toujours sur les grèves...

 

At that time, in a kingdom to last a thousand years one voice was heard. It was that of a fowler. He had locked all the other songs in an iron cage. He silenced the voice of Robert Desnos because he could not bear: "This voice, a voice that comes from so far away." The kingdom of a thousand years has disappeared. But, carried by the wind that made his, Marennes in Cancale, the song still resonates Desnos on strikes.

Le livre du mois - Ferrailleurs des mers

La découverte - Trotski Nautique

Chanson du jour - James Ollivier - Hommage

La rime française - Leçon 20 - Chansons de la mer et des marins. Hardi les gars ! Hâle dessus !

 

Écouter le concert  de JM Quiesse"Au Vent des Iles"

L'équipage de "Tout Visuel" vous invite à une croisière en chansons,

"Au vent des îles"

 

La belle Video de la soirée est en vente au prix modique de 10€ par ce même lien

Le Beligou autour du monde

L'Album Jean-Marie Quiesse à prix d'ami

Rumeurs des docks, prénoms de femmes

 

LA DOUB' DE RHUM - Jean Marie Quiesse

JOHNNY PALMER - Christian Vebel - Claude Pingault

LE TOUR DU MONDE - Jean Claude Darnal

ADELAÏDE - Jacques Debronckart 

DE MARENNES A CANCALE - Robert Desnos – James Ollivier

VILLONELLES – Max Jacob – Jacques Douai

Odeur des myrtiles - Louis Aragon – James Ollivier

LA FILLE DE LONDRES -Pierre Mac Orlan – Victor Marceau

LA CHANSON DE JIM - Louis Aragon – Jacques Douai

MATELOTS - Tristan Corbières

LA MURIELLE (Les Terre - Neuvas) - Jean-Marie Quiesse

JEAN MARIE DE NANTES (Ca n’a pas d’importance) - Pierre Mac Orlan - Victor Marceau

MARIE DOMINIQUE - Pierre Mac Orlan - Victor Marceau

FANNY DE LANNINON - Pierre Mac Orlan - Victor Marceau

MONSIEUR WILLIAM - Jean Roger Caussimon - Léo Ferré

LE BAL D’HORTENSE - Paul Barrault

 

Commander

 

les festivals

Festival de Marne

"Cette 31ème édition va faire fleurir mots et musiques avant que les feuilles d’automne ne viennent à roussir". Toute la chanson française contemporain du 4 au 21 octobre 2017 dans tout le Val de Marne. Info...

 

Sète - escale 2018

Du 27 mars au 2 avril 2018, 5e édition d'Escale à Sète

Venez admirer les plus majestueux et plus grands voiliers du monde et montez à bord...

C’est gagné ! La superbe réplique de la frégate de La Fayette, héros de l’indépendance des États-Unis, sera l’invitée d’honneur de la cinquième édition d’Escale à Sète en 2018.

L'heure maritime

Une excellente émission sur les chansons de mer.

 

Ecouter

Escales exotiques

Le site de Plaisance Pratique publie une série de nouvelles écrites par le Commandant Guy Quiesse sous le titre d'Escales exotiques.  A découvrir et à suivre !

La Scala

La Scala (photo JP Sèvres) était un bistrot du quartier Latin où de nombreux chanteurs ont débuté. Retrouvez les ici

1370 poésies chantées

Hugomanie un site qui vous permet d'accéder à 1370 poésies chantées.

Terre-Neuvas

Une collection de photos de navires impressionnante

Naviguez sur la page de Pierre Yves Decosses

Poésie - Un site et des émissions radio

Christian Malaplate dans son émission radio "Trace de lumières" propose, chaque mois, de visiter de nombreux poètes dont certains sont aussi connus pour leurs textes mis en chanson (Luc Bérimont, le 12 février 2015, Paul Fort le 11 juin...). Des émissions à retrouver ou découvrir ici